Joris Laponder évoque le trimestre écoulé chez Eneco eMobility

Dans cette interview, Joris Laponder, CCO d’Eneco eMobility, nous parle du business en période de corona. Il revient sur le trimestre écoulé et envisage l’avenir. « Je suis extrêmement fier de la façon dont nous avons fonctionné en tant qu’entreprise, mais aussi avec nos partenaires et clients actuels ».

Joris, pouvez-vous nous parler brièvement des trois derniers mois et demi chez Eneco eMobility?

Nous étions au début de l’année, une période très chargée. Lorsque des mesures contre le corona ont dû être prises précipitamment, à la mi-mars, nous avons immédiatement constaté une forte diminution du nombre de transactions de recharge. Les automobilistes ont parcouru moins de kilomètres. C’était évident sur les routes, mais aussi au niveau du nombre de kWh chargés : près de 60% de diminution aux Pays-Bas et pas loin de 70% en Belgique.

Pourtant, beaucoup d’activités ont continué. De nombreuses organisations voulaient être prêtes lorsque la mobilité augmenterait à nouveau. Sur le marché national, de nombreuses installations se sont poursuivies, comme en temps normal, jusqu’en mai, car beaucoup d’entre elles étaient déjà prévues de longue date.

Comme évolue le marché à présent? Y a-t-il encore des décisions politiques qui influencent notre business?

Nous sommes une entreprise internationale, et nous ne nous focalisons donc pas exclusivement sur les Pays-Bas, mais aussi sur la Belgique et l’Allemagne. Concernant les règlements et les subsides, force est de constater que les Pays-Bas et l’Allemagne ont débloqué des subventions supplémentaires pendant cette période pour stimuler la conduite électrique, tandis qu’en Belgique, un certain nombre de mesures ont été reportées ou arrêtées au contraire. Ce qui a également des conséquences pour l’entreprise, en dehors des mesures de lutte contre le corona. L’approche des Pays-Bas et de l’Allemagne sera bénéfique pour nous car nous prévoyons que les ventes de voitures électriques (particulières) augmenteront fortement en conséquence.

On voit aussi que dans bien des cas, les voitures sont commandées plus tard ou que la production est ralentie, et les livraisons retardées en conséquence. Les installations des points de recharge sont donc également reportées. Le nombre d’installations diminue, mais en général, le business continue. Les ventes de voitures électriques sont toujours en légère augmentation. La nouvelle subvention pour les VE aura certainement un impact à ce niveau également.

Le nombre de kWh chargés est également en hausse. Nous n’avons pas encore atteint les niveaux d’avant la crise, mais nous fluctuons actuellement à environ 2/3 des chiffres initiaux. Cela montre que le marché se redresse lentement mais sûrement et s’adapte à la nouvelle situation.

Au niveau politique, nous prévoyons donc une augmentation des achats particuliers et des locations privées de véhicules électriques aux Pays-Bas. La crise du corona a-t-elle encore une influence sur les choix de mobilité du public selon vous?

Au cours de la période du corona, on a vu surgir des questions telles que « À quoi ressemblera la mobilité de l’avenir ? » Les particuliers hésitent à utiliser les transports publics aujourd’hui, mais ils veulent continuer à se déplacer de manière durable. Le marché de l’occasion et le marché de la location privée attirent. Chez Eneco eMobility, nous allons réagir à cette tendance, car nous pouvons être un bon partenaire pour les particuliers. C’est pourquoi beaucoup de nouveaux modèles électriques seront commercialisés cet automne. Nous nous attendons à une forte reprise et sommes en train de nous y préparer.

Outre la recherche de nouveaux clients, comment nous sommes-nous consacrés à nos partenaires et clients existants ces derniers temps?

Je suis extrêmement fier de ce que nous avons fait en tant qu’entreprise, avec nos partenaires et clients actuels. Nous avons également profité de cette période pour accélérer et développer certains thèmes, afin d’être prêts pour la prochaine phase du marché. Nous travaillons ensemble sur les succès futurs. Nous avons par exemple commencé à organiser des panels de clients, où nous avons invité ceux-ci à parcourir et à évaluer ensemble chaque étape du processus. L’objectif est d’améliorer les processus et les méthodes de travail. Ensuite, nous mettons en œuvre progressivement les points mis à jour lors de ces réunions. Nous l’avons déjà fait avec un certain nombre de clients et les premiers résultats sont prometteurs. Cette approche correspond bien à notre valeur fondamentale together. Dans un proche avenir, nous allons continuer à optimiser tout cela avec nos clients. Ce n’est pas possible physiquement pour le moment, mais ça fonctionne très bien par voie digitale. C’est très chouette que nous puissions encore créer le sentiment d’être ‘ensemble’ en cette période avec nos partenaires et nos clients.

Que pouvons-nous attendre pour la période des vacances? Allons-nous tous voyager en voiture?

Je pense que les voyageurs vont bouder l’avion cette année. Ils utiliseront beaucoup plus souvent leur voiture, qui sera le moyen de transport principal pendant ces vacances. Les années précédentes, les vacanciers prenaient l’avion et partaient par exemple trois semaines à l’étranger, mais sans doute qu’en 2020, ils resteront dans leur propre pays pendant ces trois semaines et feront davantage d’excursions en voiture. Par exemple à l’Efteling, au zoo, ou alors ils se rendront à l’étranger en voiture. Nous allons avoir un été intéressant à cet égard. 

Quelles sont vos attentes sur le plus long terme? Comment la demande pour les points de recharge va-t-elle se développer?

Lorsque la population se tournera à nouveau vers l’avenir, elle devra s’engager dans la nouvelle mobilité. Je suis curieux de voir si la nouvelle façon de travailler apportera également des changements à ce niveau. Après la crise du corona, les travailleurs iront-ils encore au bureau cinq jours par semaine, et rechargeront-ils là-bas? Ou bien l’accent sera-t-il davantage mis sur le télétravail, ce qui créera un nouveau besoin?

De nouveaux problèmes se font jour sur le marché professionnel, que nous examinerons plus en détail dans la période à venir. Si les collaborateurs ne viennent travailler au bureau que deux jours, ils pourront vouloir recharger sur place justement. On verra alors émerger une autre façon de recharger, un autre besoin. Nous voulons aider nos clients dans ces nouveaux développements aussi.


Joris_CCO1
En savoir plus sur la recharge électrique?

D’autres sujets
intéressants pour
vous

Un aperçu de nos partenaires

À propos de Business Electric driving

Un point de recharge ou une carte de recharge Eneco eMobility vous garantit toujours que l’électricité que vous consommez est issue d’une source d’énergie renouvelable, éolienne ou solaire. Vous réduisez ainsi de 70 % vos émissions de CO2 par rapport à l’utilisation d’un véhicule thermique.

Nous sommes une filiale d’Eneco, qui est propriétaire à 100 % d’Eneco eMobility. Il n’est pas nécessaire d’être client d’Eneco pour faire une demande de point de recharge auprès d’Eneco eMobility. Nous lisons à distance les données de votre point de recharge. Par conséquent, nous n’avons aucun contact avec votre fournisseur d’électricité. 

L’installation commence par le raccordement au tableau électrique. Le câble est dirigé vers l’extérieur et vers le point de recharge. La borne de recharge est ensuite fixée au mur ou sur pied en fonction de vos préférences et des possibilités. Une fois le système monté, l’installateur teste le point de recharge et explique à l’utilisateur comment recharger son véhicule.